L’art de faire du mauvais teasing ou le « putaclic » !

Bilan social media 2016

Sur internet, la guerre du clic fait rage, et le «content marketing» fait parfois place au «putaclic», pratique peu morale mais d’une redoutable efficacité.

Les étudiants de l’EM Normandie tiennent un web journal dans lequel ils traitent différents sujets. Ils se sont amusés en janvier 2017 à tester le «putaclic» en intitulant l’un de leurs articles « Qui a les plus gros boobs de l’EM? ». Sans surprise, cet article a généré un maximum de clics. Mais quels mécanismes sous-tendent ce phénomène du marketing digital? The Conversation

Le monde numérique modifie l’économie, les manières de penser et nos comportements de consommation. Big data et algorithmes mathématiques, « trigger marketing », buzz, robots, e-réputation, community management, streaming reflètent ainsi de nouvelles tendances et pratiques de consommation.

Ce contexte suscite de l’attention chez les professionnels et chercheurs car le marketing digital est en plein essor.

Des chiffres qui font tourner la tête

Sur internet, il existe des millions de sites, des milliards de données, de photos, de vidéos, d’informations, autant de contenus sur lesquels les marketeurs peuvent travailler.

En 2017, nous sommes 3,77 milliards d’internautes et 2,79 milliards d’inscrits sur les réseaux sociaux. De très nombreux réseaux !

Bilan social media 2016

 

Le contenu est roi

Le content marketing est une stratégie web qui consiste à créer et diffuser des contenus adaptés afin d’engager les internautes dans une relation avec une marque, une entreprise, un produit ou un service.

Le content marketing est roi puisqu’il permet d’améliorer le taux de conversion, le trafic et de générer du buzz. Ces KPIs (key performance indicators) sont essentiels à la survie d’une entité numérique. Il est primordial de surveiller le nombre de likes sur un statut Facebook, le nombre de retweets, le temps passé sur un site web. Il est même possible de suivre le déplacement de la souris et d’identifier les zones visualisées en premier sur un écran d’ordinateur par un internaute grâce à l’eye-tracking dans l’objectif de faire de la publicité ou du référencement.

Source : slate.fr / http://bit.ly/2mLVUN8

 

Be the first to comment on "L’art de faire du mauvais teasing ou le « putaclic » !"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*